Le film Le Prestige trompe son public en lui cachant un secret pourtant visible de tous

Affiche du film Le Prestige

Table des matières

Pour créer l’illusion,  le magicien va souvent détourner l’attention de son public. Le tour de magie consistera donc à effectuer une action sans qu’il ne s’en aperçoive. Ce qui implique de proposer une distraction sur laquelle les spectateurs pourront se concentrer.

Cette idée est au cœur du film Le Prestige. Dirigée par Christopher Nolan et sortie en salle en 2006, l’œuvre visuelle dédiée au monde de la magie révèle également pourquoi il est si difficile pour un magicien d’en tromper un autre. Entre professionnels de l’illusion, on sait en effet où regarder. 

Parce que le réalisateur a un contrôle total sur ce que le spectateur voit (et ne voit pas), la manipulation visuelle est plus aisée au cinéma. Mais elle peut aussi apparaître comme une « tromperie ». Adapté d’un roman de Christopher Priest, avec un certain nombre de changements importants qui ont donné une toute autre fin au film, l’œuvre de Nolan conserve néanmoins un élément secret beaucoup plus difficile à dissimuler à l’écran.  Ce qui rend la seconde expérience de visionnage du film Le Prestige bien plus intéressante. Voici pourquoi. 

Le Prestige explication : comment créer l’illusion dans l’illusion ?

Si le cinéma, notamment pour les films de type “plot twist” (comme le Sixième sens, par exemple) repose sur l’illusion, elle n’est pas toujours nécessaire. Pourtant, on comprend avec un film comme Le Prestige pourquoi le réalisateur fait le choix de ne pas tout révéler à son public. The Prestige devient en effet une expérience cinématographique bien plus riche au deuxième visionnage. Lorsque les spectateurs comprennent l’ampleur des sacrifices concédés à leur art par les personnages de Robert Angier (Hugh Jackman) et Alfred Borden (Christian Bale). 

Néanmoins, Christopher Nolan décide de retenir ces informations clés jusqu’aux dernières minutes du film. Il utilise pour cela différentes méthodes pour dissuader les spectateurs de chercher à les deviner trop vite. Certaines de ces méthodes sont basiques, mais la plus efficace est tout simplement d’annoncer les prémices de ce tour de passe passe à un moment où personne n’y prête réellement attention. 

Dans la scène qui présente le tour central du film Le prestige : The Transported Man, le public est entièrement happé par la rivalité qui oppose les deux hommes. On comprend donc que le tour, conçu par Bordent, sera subtilisé par Angier pour servir sa vendetta personnelle autant que professionnelle.

The Prestige : détourner l’attention du spectateur pour retarder la révélation finale

Ce qui est crucial dans cette scène (que l’on voit d’ailleurs dans la bande annonce du film Le Prestige), c’est la décision de Nolan de construire progressivement l’anticipation de l’illusion de Borden. Puis de refuser de la montrer entièrement. La caméra fait des allers-retours entre Angier, déguisé, observant l’acte de Borden. Et Angier enlevant son déguisement un peu plus tard, alors que son assistante (Scarlett Johansson) lui demande ce qu’il a vu. 
La juxtaposition frappante entre le bagout de Borden et la réaction émerveillée d’Angier suscite une énorme curiosité chez le spectateur. Mais c’est précisément à ce moment que Nolan coupe la scène et revient vers le personnage de John Cutter, l’ingénieur d’Angier. Le point culminant du tour est éclipsé et la caméra se concentre entièrement sur son visage. Le spectateur est déçu… Il n’en verra pas plus sur le clou du film Le Prestige.

Cacher le tour de magie à la vue de tous !

Il existe plusieurs niveaux de “duperie” dans Le Prestige. Par exemple, le personnage de Borden insiste sur sa petite balle en caoutchouc. La lançant à un membre du public pour qu’il l’inspecte, puis déclarant qu’elle est magique. En réalité, la balle n’a rien à voir avec le tour, et crée juste une image mémorable. 

Autre niveau de duperie : le film passe rapidement à une scène dans laquelle Angier et Cutter discutent avec animation de la nature du tour de Borden. Tour que, rappelons-le, nous n’avons pas vraiment vu. C’est pour cette raison qu’à ce stade du film, le spectateur est trop occupé à se demander quel est le truc ! 

Pourtant, Cutter le révèle quelques minutes à peine après que The Transported Man nous ait été présenté ! Borden réalise son tour avec un double. C’est la tentative la plus aboutie de Nolan de jouer cartes sur table avec son public. Le personnage de Fallon (qui n’est autre que le jumeau de Borden) est montré à moitié dans l’obscurité. Une astuce de réalisation qui empêche les spectateurs d’observer le personnage de trop près. 
Mais encore une fois, le film Le Prestige va agiter une distraction bien plus attirante sous les yeux du public pour détourner son attention. Angier choisit lui aussi un double. C’est la stratégie de “cacher le tour à la vue de tous” que nous avons mentionné plus tôt. Notamment en ayant recours aux déguisements physiques tout au long du film. Encore une fois, la meilleure manière de dissimuler une information est de la révéler ouvertement à un moment où le public est entièrement absorbé par autre chose. Ou de lui raconter de belles histoires…

Le Prestige : où l’art de duper son public jusqu’à la dernière minute

Si Nolan nous avait montré Borden sortant de la porte de droite et attrapant la balle en caoutchouc – ce qu’il fera quelques minutes plus tard – la discussion d’Angier et Cutter sur un double aurait eu suffisamment de contexte pour permettre aux spectateurs de choisir leur camp. Ou tout du moins considérer la question. Au lieu de cela, les deux hommes se disputent à propos d’une illusion dont nous n’avons vu que la moitié. Et la question de savoir de quoi il s’agit dépasse toute considération sur son fonctionnement. 

Nolan plante donc dans son film Le Prestige une idée qu’il nous encourage immédiatement à rejeter. Mais dont on se souviendra qu’il nous l’avait déjà évoqué, éliminant toute possibilité de se sentir foulé ! L’astuce de Nolan, si elle est et tout est assez simple, n’en est pas moins diablement efficace.

Dites au public, avec insistance quel est le “truc” de votre tour, sans aucune indication réelle sur la nature de ce tour. Dissimulez et avouez de manière simultanée.
Pour aller plus loin, je vous invite à découvrir les techniques de perception appliquées au mentalisme. Et à vous initier pour devenir, vous aussi, mentaliste !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *